GLOSSAIRE

A- B- C- D- E- F- G- H- I- J- K- L- M- N- O- P- Q- R- S- T- U- V- W- X- Y- Z

Lettre A

A T P : 
 Adénosine Tri-Phosphate (enzyme), est la source d’énergie immédiatement disponible pour la contraction musculaire (cf. dossier créatine) La resynthèse d’ATP peut se faire par la voie anaérobie ou anoxydative (en absence d’02) ou en aérobie ou oxydative (en présence d’02).
Acide aminé non essentiel : 
 Parmi les 20 acides aminés de base qu’il faut trouver chaque jour dans son alimentation, voici la liste de ceux qui sont dit non essentiels :
l'acide aspartique, l'acide glutamique, l'alanine, l'arginine, l'asparagine, la cystine, la glutamine, l'histidine, la proline, la sérine et la tyrosine. L'organisme peut donc s'approvisionner en ces acides aminés par la nourriture sinon s'en fabriquer lui-même.
Acide aminé ramifié ou branché : 
 Valine, Leucine, Isoleucine, ce sont les 3 acides aminés ramifiés qui doivent être apportés impérativement chaque jour par l'alimentation. Ils stimulent la synthèse protéinique ils favorisent l'entretien et la réparation des muscles lésés par l'effort. Une cure de 10g /j chez un sportif sur 2 à 3 semaines, évite la fonte musculaire, accélère la récupération et prévient d'éventuelles déficiences immunitaires post l'effort.
Acide lactique : 
 Déchet issu de la dégradation de substrats énergétiques (glucides) lors d'effort à caractère anaérobie (en l'absence d'oxygène). C'est un facteur limitant la performance.
acide linolénique : 
Il y a 2 acides Linoléniques: l'acide α-linolénique qui est connu sous le nom d'oméga-3 que l'on trouve principalement dans les huiles végétales; c'est cet acide gras que l'on appelle généralement acide linolénique.
l'acide γ-linolénique qui est l'oméga-6.
Acide urique : 
 Taux de protéines (déchets) sanguins importants. Le taux d'acide urique dépend aussi de l'hydratation de l'athète. Un sportif mal hydraté verra son taux d'acide urique augmenter entraînant de la fatigue, des tendinites et des calculs renaux. Des urines claires sont un bon signe d'élimination de l'acide urique par les reins.
Acides aminés : 
 Nous appellerons acides aminés, les acides mentionnés par le code génétique. Ils sont au nombre de 20 et doivent impérativement figurer chaque jour dans notre alimentation. Ce sont, par ordre alphabétique : l'acide aspartique, l'acide glutamique, l'alanine, l'arginine, l'asparagine, la cystine, la glutamine, la glycine, l'histidine, l'isoleucine, la leucine, la lysine, la méthionine, la phénylalanine, la proline, la sérine, la thréonine, la tyrosine, le tryptophane et la valine. Ce sont les éléments qui constituent les protéines.
Acides aminés essentiels : 
 Ce sont les éléments constitutifs des protéines. Ils sont 8 et doivent être apportés chaque jour par l'alimentation car l’organisme ne sait pas les fabriquer seul.Tryptophsine, Phénylalanine,Valine,Leucine,lysine,cystine, methionine et Isoleucine. Un seul manque et la régénération protéinique est difficile.
Acides gras : 
 Ou AG sont issus des matières grasses (ou lipides) issues de l'alimentation. Ils se déposent sur le glycérol et offrent plusieurs combinaisons chimiques possibles. 3 familles composent les AG : Les saturés, les mono-insaturés et les poly-insaturés.
Acides gras essentiels : 
 Ou AGE, Ce sont les corps gras (ou lipides) mono et poly-insaturés. Ils jouent un rôle dans l'intégrité de la membrane cellulaire, la croissance, la peau, le système nerveux, la rétine, la fonction de reproduction et le système immunitaire. Ils sont apportés exclusivement par l’alimentation car le corps ne peut les fabriquer, ils naissent grâce à l’apport concomitant de l'acide linoléique (oméga 6) des végétaux et des oléagineux et d'un apport d'acide alpha-linolénique (oméga 3) grâce au poisson notamment.
Acides gras insaturés ou poly-insaturés : 
 Ce sont des acides gras que l'alimentation fournit au corps. Ses acides présentent plusieurs ramifications au sein des triglycérides qui les compose. Ses ramifications permettent de nombreuses combinaisons favorables à leurs évolutions (poly = plusieurs) et souvent bienfaisantes pour le corps. On les trouve dans les huiles végétales de colza, d'onagre et de bourrache ainsi que dans les noix .
Acides gras mono-insaturé : 
 Acides gras permettant une seule liaison (pour sa transformation) Au contraire des acides gras poly-insaturés qui sont composés de plusieurs ramifications. L'huile d'olive est riche en acides gras de cette famille.
Acides gras saturés : 
 Corps gras favorisant le cholestérol. Ils sont à limiter car ils n'offrent pas de possibilités à leurs évolution à l'inverse des acides gras poly-insaturé et mono-insaturé.
Les saturés sont abondant dans les viandes, le beurre, les pâtisseries et les œufs.
Acidose musculaire : 
 Acidité importante du corps et en particulier des muscles, qui survient lors d'un effort prolongé, effectué au delà du seuil anaérobie (en l'absence d'O2). Le Ph du corps tend à devenir momentanément acide aprés tout effort violent. Un pH neutre = 7,40. Les fameuses courbatures du lendemain sont la preuve d'une acidose importante des muscles, d'ou l'interêt d'effectuer une récupération active post effort qui peut se composer par exemple d'un court et facile footing, d'une séance souple de pédalage ou d'une série d'étirements passif.
Adipocytes : 
 Celulles graisseuses.
Adrénaline : 
 L'adrénaline est une hormone hyperglycémiante, sécrétée par les glandes surrénales (reins). Cette décharge subite de sucres et de graisse dans le sang permet de déclencher et maintenir un haut niveau de vigilance, dans les situations de stress de peur ou d'émotions forte. Les sportifs stressés par l'enjeu produisent beaucoups d'adrénaline ce qui leut permet de se conçentrer mais leur fait aussi gaspiller un surcroît d'énergie avant même le départ. C'est en maîtrisant d'avantage son stress que l'on conserve son énergie pour l'action. 
Aérobie (filière) : 
 C'est une fillière énergétique dépendante en majeur partie de l'utilisation de l'oxygène et qui permet le mouvement musculaire. L'O2 facilite la dégradaton des substrats énergétiques tels les glucides et les lipides, qui à leur tour apporterons à l'organisme les moyens pour se déplacer. On distingue la puissance aérobie, qui correspond à la VO2 max. et qui s'exprime par la PMA ( puissance maximale aérobie). Cette mesure equivaut à la "cylindrée du sportif" L'autre forme d'aérobie est la capacité aérobie qui correspond à la durée maximale pendant laquelle on peut effectuer un effort d'intensité modérée, plus connu sous le terme endurance fondamentale.
Alcalin/alcalinisante : 
 Contraire d'acide. Par exemple la pomme de terre et les légumes en géneral, génère des résidus alcalins, tandis que la viande rouge et les sucreries apportent de l'acidité dans le sang et les muscles.
Alliesthésie : 
 Variation du degré d’appréciation d’un aliment, en fonction de l’état de rassasiement.
Aménorrhée : 
 Absence prolongée des cycles menstruels chez la sportive, provoquant un déficit en œstrogène. Le surentrainement, l'activité sportive régulière intensive sont des facteurs provoquant l'absence de "règles" chez la sportive.
C'est une situation similaire à l’état de ménopause avec à long terme des conséquences risquées  pour la femme sur la fécondité, l'ostéoporose et les maladies cardio-vasculaires.
Anabolisant : 
 Terme désignant l’action favorisant la (re)construction musculaire sous une impulsion soit chimique, donc dopante, soit grâce à une ration alimentaire riche en protéines.
Anabolisme : 
 Construction des muscles. Contraire de catabolisme (destruction).
Anaérobie lactique (filière) : 
 C'est un mode de production d'énergie dans lequel le muscle fonctionne en "sur-régime". L'apport d'oxygène aux muscles devenant trop faible pour réaliser la combustion des glucides, ces derniers sont dégradés de manière incomplète, avec production d'un déchet (acide pyruvique puis acide lactique) qui favorise l'apparition de crampes et provoque cette sensation trés connue de brulûre dans les muscles. Cette source énergétique permet néanmoins de développer une puissance très élevée mais dans un laps de temps trés court, sprints par ex. L'entraînement de cette filière aura deux effets : diminuer la production d'acide lactique pour une intensité donnée, et améliorer la tolérance de l'organisme face à ses taux élevés d'acide lactique.
Anémie : 
 Réduction de la capacité du sang à transporter l’oxygène, conséquence d’un nombre insuffisant de globules rouges. Des muscles moins bien oxygéné fatiguent plus vite. Une consommation régulière de viandes rouges comme le boeuf, le foie de veau etc etc permet d'atténuer ce phénomène. Les séjours "d'oxygénation" en altitude ont pour vocation d'augmenter le nombre de globules rouges chez les sportifs sains une fois redescendu à plus basse altitude. Un (e) sportif (ve) anémié devra éviter de rester en altitude, afin d'éviter d'aggraver le déficit.
Anémie férriprive : 
 Chute du taux de l'hémoglobine (protéine transportant le fer) et qui s'accompagne d'une baisse des réserves en fer. Cette situation provoque une fatigue physique sévère. Le repos sportif et la comsommation d'aliments riche en vitamines C (agrumes et légumes frais) et en fer héminique comme les viandes (boudin, foie), les huîtres ou des compléments alimentaires de fer permet d'atténuer ce phénomène. Les sportives qui subissent des pertes menstruels devront rester vigilantes sur ce point.
Anémie pernicieuse : 
 Incapacité de l'organisme à assimiler la vitamine B 12. La vitamine B12 et l'une des vitamines les plus importante pour tous les sportifs. Elle est présente à des forts taux dans la viande comme le foie de veau ou de génisse par ex.
Anorexie : 
 Perte ou diminution temporaire de l’appétit chez les sportifs. Plus grave, c'est une maladie mentale dont le principal symptôme est une diminution voire une aversion anormale, pour la nourriture qui conduit à une maigreur dangereuse de l'individu. L'anorexie comme la boulimie sont des troubles du comportement alimentaire qui nécéssité une prise en charge médicale et psychologique.
Anti-oxydants : 
 Agents protecteurs, qui luttent contre les radicaux libres, responsables du vieillissement biologique. Les anti-oxydants sont naturellement présent dans les tissus mais l'alimentation fournit des anti-oxydants trés efficaces comme les vitamines C, E, la provitamine A, le sélénium et le zinc.
Apathie : 
 Epuisement physique, moral, profond et inquiétant.
Aspartate : 
 Acide aminé non essentiel qui favorise l'élimination des déchets organiques des muscles, occasionnés par un effort physique épuisant et pourvoyeur d'acidose.
Asthénie : 
 Fatigue généralisée accompagnée d'une grande lassitude.